LA PAZ le retour
  

LA PAZ le retour

La Paz, Bolivie le 03/11/2015

 

Nous voila de retour à La Paz . Un peu plus tôt que  prévu mais , après 55 heures de bus et 2500 km auxquels il faut rajouter les 1000 km en 4/4 , nous avons décidé que quelques jours de repos seraient les bienvenus ( on n'a plus 20 ans). Donc nous retrouvons La Paz et les routes sont toujours aussi raides , surtout celle qui mène à notre hôtel si bien qu'en fait de repos , nous crapahutons dans les rues de cette ville si bizarre.  Hier 2 novembre , fête des morts , nous allons , comme tout le monde , au cimetière . Pas pour nous recueillir sur une tombe mais plutot pour faire les voyeurs et profiter de la fête car rien n'est triste . Par ici , quand quelqu'un décède, il est enterré ( à peu près comme chez nous ) mais , 10 ans plus tard , il est déterré , incinéré et les cendres sont placées dans des petites cases dans le cimetière. La Paz comptant 2,5 millions d'habitants , c'est dire le nombre de petites cases. Dans le cimetière il y a des rues , des quartiers riches et des quartiers pauvres, par endroits les morts sont groupés par professions . Les cases sont superposées sur parfois plus de 10 niveaux ce qui necessite l'utilisation de centaines d'échelles .

 

 

La foule dans les allées de l'immense cimetière de La Paz 

Le 2 novembre la moitié de la ville monte au cimetière ( car il est haut ) . Nous y allons de bonne heure , en taxi . Il y a un nombre impressionnant de policiers de mobilisé , ils attendent environ un million de personnes dans ce quartier déjà un peu craignos . Le spectacle est surprenant , les gens un peu moins pauvres que les autres apportent des quantités de pains et de friandises qu'ils déposent devant les cases de leurs défunts . Il y a des chanteurs , des musiciens , même des orchestres complets qui se balladent dans le cimetière et louent leurs talents aux familles pour rendre un homage aux morts. Si bien que par endroit c'est une véritable cacophonie car les sonos sont à fond. Il y a aussi des prières chantées ou récitées très fort mais , bizarement , ce ne sont pas les familles des morts qui les font mais des familles de pauvres qui en échange de ces prières , dites pour des morts qu'ils ne connaissent pas , récupèrent les pains , les friandises et même des légumes et de la boisson et emportent tout ça dans des grands sacs sur leur dos. 

 

 

L'exposition des pains devant les "tombes" 

 

Et les pauvres qui partent avec leurs sacs de pains 

Il est possible que nous n'ayons pas tout compris dans ce système d'hommage rendu aux défunts , c'est tellement différent de notre toussaint avec les fleurs sur les tombes. Nous quittons le cimetière vers midi et descendons vers le centre ville à pied ( c'est beaucoup plus facile dans ce sens ). Toutes les rues sont pleines de gens qui montent avec des chargements de pains et de fleurs ( des milliers de personnes ) .

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Bolivie